Seeker : injecter intimité et sensibilité dans un monde improbable

Le Théâtre d’Aujourd’hui continue de s’illustrer lors de cette rentrée en saison culturelle avec une nouvelle proposition intrigante mettant en vedette David Boutin et Madeleine Péloquin. Seeker, dont le texte est signé Marie-Claude Verdier, se veut un conte philosophique fantastique du futur. La pièce réalisée par le Collectif Point bleu, en codiffusion avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, se démarque par son genre singulier, aux allures de thriller-science-fiction dans lequel naissent des réflexions philosophiques et sociologiques viscérales.

Crédit photo : Valérie Remise

Lomond (David Boutin) se définit malgré lui comme Seeker depuis l’âge de 8 ans et en subit les contre-chocs de façon assez violente au niveau personnel et émotif depuis ce temps. Doté d’une mutation génétique lui permettant de ressentir pleinement les émotions et les souvenirs des autres, il est sollicité à répétition au cours de sa vie pour participer à des missions dangereusement intenses, durant lesquelles il doit se connecter intimement à des moments vécus par les autres et les expérimenter à son tour, pour ensuite les dépeindre et les partager. L’histoire ayant lieu en l’an 2250, Lomond est engagé par l’armée, et par le fait même, confronté à son ex-femme lors d’une mission extraordinaire durant laquelle il est contraint à se plonger dans une aventure des plus complexes et prenantes psychologiquement.

 

L’œuvre dans son ensemble est assez épatante et énigmatique. Le texte est riche et se démarque par son rythme entraînant et par la profondeur des réflexions qu’il soulève. Les thèmes de l’identité et autres quêtes existentielles adjacentes se révèlent dans une pluralité de nuances à travers la pièce et se posent au niveau de l’individu, mais aussi au terme d’une réflexion au sens plus large, au sens de la communauté et du peuple dont il est question dans le récit. La mise en scène imaginée par Justin Laramée est dynamique et parfois étourdissante. ce qui traduit bien l’état psychique intense dans lequel Lomond s’abandonne pour accomplir ses troublantes missions sensorielles.

Crédit photo : Valérie Remise

David Boutin et Madeleine Péloquin incarnent avec aplomb toute la finesse et l’intensité du propos et demeurent profondément engagés tout au long de la prestation qui est particulièrement physique et chargée. Ce qui est le plus frappant dans cette proposition est sans doute la façon dont l’équipe derrière l’œuvre a su mettre en lumière un monde étranger et atypique tout en y insufflant une forme presque familière et universelle d’intimité et de sensibilité. Seeker est disponible à la salle Jean-Claude Germain du CDTA jusqu’au 2 octobre prochain.

Gabrielle Deschamps

Laisser un commentaire