L’art et le béton : les murales de Montréal

Les rues de Montréal cachent secrets et joyaux.  Parfois historiques, parfois architecturaux ou artistiques, parfois les trois.  Les touristes les apprécient souvent mieux que les montréalais eux-mêmes. Trop souvent pris dans les embouteillages ou bien pressés à courir du métro auprochain autobus ou pire encore marchant les yeux rivés sur un écran de téléphone; peu prennent le temps d’apprécier le musée à ciel ouvert qu’est Montréal.

Partout sur l’ile, des petits bijoux d’art de rue n’attendent qu’à être découverts. C’est à coup de rouleaux et de peintures en aérosol que des artistes locaux et de partout à travers le monde viennent nous faire profiter de leur talent à travers murales et graffitis.

Un grand nombre de murales sont concentrées sur et autour du boulevard Saint-Laurent, mais aussi un peu partout à travers la ville; dans les parcs, sur les hangars et dans plusieurs ruelles de la métropole. Certaines murales sont des hommages à des personnalités québécoises importantes comme la murale posthume en l’honneur de Leonard Cohen sur Crescent ou un clin d’œil à l’album Tous les palmiers du groupe Beau Dommage dans la ruelle derrière le 6760 Saint-Vallier. D’autres célèbrent des superhéros tels Super Man et Batman ou encore des personnages de dessins animés comme les Simpson ou Garfield. En fait, il y a autant de thèmes et de styles de murales qu’il y a d’artistes et d’amateurs d’art urbain.

Pour l’art plus éphémère, les murs légaux sont à visiter. Ce sont des murs sur lesquels la ville autorise les graffitis. Sur ces aménagements de béton, les dessins sont aussi diversifiés que temporaires, rendant ainsi chaque visite différente.  Le mur légal Rouen dans Hochelaga ou le mur légal Papineau dans Ahuntsic sont des toiles à ciel ouvert pour les graffiteurs voulant s’exprimer en toute légalité.

Personnellement, c’est à vélo que je préfère découvrir l’art de rue. Sur mon bolide à deux roues, je peux explorer des kilomètres d’asphalte et répertorier les plus belles œuvres que Montréal peut offrir. C’est la chasse à l’art urbain. Mon passe-temps préféré.

Quelle satisfaction que de tomber, au tournant d’une rue, sur une nouvelle murale ou un nouveau graffiti. J’ai un peu l’impression de trouver un trésor dessiné que pour mes yeux.

Allez-y, initiez-vous; la chasse est ouverte !

En plus d’être gratuite, elle permet de voir Montréal sous un autre œil et découvrir des quartiers parfois méconnus. 

Alors levez les yeux de votre téléphone, ralentissez votre pas et appréciez les couleurs sur nos murs.

Vous aimerez aussi : Verdun parmi les quartiers les plus cools au monde

2 pensées sur “L’art et le béton : les murales de Montréal

  • 23 décembre 2019 à 21:30
    Permalink

    WoW félicitations mon amie. Tu ne cesseras de m’impressionner. Bravo xxxx

    Répondre
  • 25 décembre 2019 à 08:14
    Permalink

    WoW félicitations mon amie. Tu ne cesseras de m’impressionner. Bravo xxxx

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :