Tout inclus de François Grisé : Une réflexion sensible et porteuse

C’est par sa démarche très personnelle et intime que François Grisé, artiste multidisciplinaire, se révèle de brillante façon avec la présentation de sa première pièce Tout inclus. L’œuvre de théâtre documentaire dont la première était présentée mercredi dernier chez Duceppe se distingue par son approche dense tout en demeurant rafraîchissante et lumineuse. Au moment où ses parents se retrouvent dans une situation de santé les menant à devoir déménager en résidence pour aînés, François Grisé amorce une réflexion profonde sur sa relation avec la vieillesse et sur le traitement des aînés au Québec. Une expérience immersive personnelle en découle alors qu’il emménage volontairement lui-même dans une résidence privée pour aînés à Val D’or pendant un mois. Des rencontres fécondes et des réalisations fondamentales s’ensuivront.

Des rencontres et des réflexions qui nourrissent

Tout inclus s’inscrit dans la même lignée que J’aime Hydro de Christine Beaulieu dans la mesure où il s’agit d’une longue et profonde réflexion décortiquée et racontée sous forme de prise de position radicale et personnelle. Tout inclus est le fruit d’une intention pleine de profondeur qui est née au cœur de la situation personnelle de l’auteur qui a voulu ensuite se pencher sur un objet de réflexion complexe et émotif. Une partie de l’oeuvre avait été créée en 2019 à La Licorne. Depuis, la pièce en 8 chapitres a pris une tournure d’autant plus significative considérant les événements liés au traitement des aînés qui se sont révélés sous un angle obscure lors de la pandémie. Dans une mise en scène d’Alexandre Fecteau, la pièce raconte d’abord avec beaucoup d’esprit les 30 jours vécus par François au sein d’un groupe de vieux à la résidence Le Patrimoine. Plus texturées les unes que les autres, les histoires de chacun des résidents de la RPA qui accueillent François et se lient d’amitié avec lui sont amenées avec beaucoup de sensibilité. La richesse des rencontres que fait François et de l’intimité qui s’installe rapidement entre ces êtres pleins de lumières et lui est irrésistible. Parmi des moments de joie et d’autres plus profonds et déchirants vécus dans la résidence, défile également sur scène l’histoire des parents de François qui sont happés par l’inévitable effet de l’âge et d’une lourde fatigue qui s’installe en eux. Les interprètes complices, Marie Cantin, Jean-François Gaudet et Marie-Ginette Guay, rendent toute la vie et l’esprit qu’on connaît aux aînés et qu’on a malheureusement très peu souvent la chance d’observer de façon aussi libérée et frontale dans la culture comme dans la vie.

Crédit photo : Danny Taillon

Un processus documentaire étoffé

Dans un processus documentaire minutieux, François Grisé s’est entouré d’Annabel Soutar et d’Agathe Foucault afin de mener un travail de recherche rigoureux. Des discussions pertinentes avec des intervenants de différentes sphères de la société dont un gériatre, un actuaire, un professeur de Marketing, une sociologue et plusieurs autres sont évoquées et déconstruites et posent un regard nouveau sur différents aspects de l’enjeu, ce qui ajoute encore plus de texture et de profondeur au cheminement de Grisé. Dans Tout inclus, François Grisé met des mots nécessaires sur un grand drame de société et réussit à porter sa démarche tout à fait incarnée à un niveau qui mène à une réelle réflexion et à un désir d’agir. Dans la foulée de son expérience de création, il a d’ailleurs mis sur pied le collectif Habitats, un mouvement de consultation publique regroupant des individus qui travaillent sur l’élaboration de systèmes pour améliorer le traitement des aînés au Québec.

La signature visuelle de la pièce est lumineuse et habitée, ce qui sied bien au propos porteur d’espoir et de bienveillance. Des portes coulissantes s’ouvrent et se referment tout au long de l’histoire, comme pour signifier l’espace qui laisse entrer et fuir la lumière, la vie, l’humanité, mais aussi comme un symbole de la frontière entre les aînés et le reste du monde qui demeure tristement. Tout inclus est en représentation chez Duceppe à la Place des Arts jusqu’au 6 novembre.

Gabrielle Deschamps

Laisser un commentaire