Les Bougeottes: une entreprise qui fait bouger les jeunes enfants

Mai est le Mois du patrimoine asiatique, j’en ai profité pour interviewer une jeune leader, Isabelle Chung. Son entreprise, Les Bougeottes, offre des ateliers de gymnastique et des cartes d’exercice qui encouragent les enfants à bouger.

Isabelle est une Québécoise d’origine vietnamienne de seconde génération. Elle vient d’une famille entrepreneure, sa mère détient un salon de manucure et son père est un homme à tout faire. Ses parents ont travaillé fort pour qu’elle aille à l’université et se trouve un emploi stable. Isabelle a donc opté pour la kinésiologie à l’université: « Mes parents ont toujours voulu que j’aille en médecine, physiothérapie…  La kinésiologie, ils ne savaient pas que ce que c’est. Ils m’ont fait confiance et m’ont laissé faire ce que je voulais malgré une petite crainte que je ne trouve pas de job. »

La création de son entreprise

Doté de son baccalauréat en kinésiologie en 2017, Isabelle pensait suivre ce chemin tracé par ses parents en cherchant un poste, mais puisqu’aucun emploi ne l’intéressait, elle a décidé de se le créer elle-même. C’est comme ça que Les Bougeottes est né : « J’ai vraiment fait le contraire de ce que mes parents voulaient. J’ai parti Les Bougeottes dans ma chambre. Je voulais partir mon propre business. Je me suis donnée un an pour le démarrer. »

Isabelle a ensuite lancé une campagne de financement avec La Ruche qui a très bien fonctionné. C’est ce qui lui a confirmé la viabilité de son projet : « Pendant la pandémie, j’ai commencé à donner des ateliers d’entraînement en famille dans les parcs et à développer mes produits (des cartes d’entraînement), ça a super bien été. Je faisais beaucoup de produits pour le développement de moteur général, j’ai vu beaucoup d’engouement. J’ai ensuite développé des jeux plus spécialisés englobant l’équilibre, la coordination et la notion spatiale. »

Le partage comme valeur familiale

Le parcours professionnel d’Isabelle ne serait pas pareil sans ses parents. Le partage, valeur importante transmise par son héritage asiatique, lui a permis de réussir comme entrepreneure :

« Mes parents me voyaient partir le matin donner des ateliers dans les CPEs. Ils pensaient que Les Bougeottes appartenait à quelqu’un d’autre pour qui je travaillais. Ils comprennent plus ce que je fais maintenant, en étant abonnés à mes réseaux sociaux. Ils m’ont tout donné pour avancer dans la vie : Quand j’étais occupée sur l’ordinateur; ils me préparent à déjeuner, dîner et souper pour que je puisse travailler à 100% sur Les Bougeottes. Même maintenant, ma mère me prête une place dans son sous-sol de magasin comme entrepôt pour ma compagnie. Mes parents sont toujours là pour m’aider à des événements aussi : c’est mon père qui est venu monter mon kiosque à l’Expo-Parents. Mes premières poutres de gymnastique, c’est lui qui les a fabriquées. Sans la famille, je ne serai pas rendu où je le voudrai, c’est certain! »

Foncer!

Isabelle a un motto qui lui permet de persévérer dans son parcours entrepreneurial :

« Fonce, fonce! Vas-y! Quand il y a un nouveau projet, des nouvelles opportunités, quand je me sens un peu insécure, c’est ça que je me dis. Si je tombe, ce n’est pas grave, je vais apprendre de mes erreurs. Je suis tombée assez souvent: j’ai sorti des produits qui n’ont pas marché. Mais il faut le repimper, le reformuler jusqu’à ce qu’il y ait une recette qui marche. Mes produits à la base, je voulais en avoir que quelques-uns. Une fois sortie, on m’en a demandé plus, je me retrouve maintenant avec plus d’une trentaine. C’est beaucoup d’essai erreur dans l’entreprise. Même si on tombe, ce n’est pas grave, on apprend, pis on fonce pareil. »

Pour plus d’information: Les Bougeottes

Laura Luu

Artiste multidisciplinaire, partageant ses amours pour l'écriture, la bouffe, les sorties et Montréal. .

Laisser un commentaire